Numéro 10. Le surplus par la perte [Version papier + PDF]

25,00
0 out of 5 based on 0 customer ratings

5 en stock

- +
  • Description

    Cette livraison de La Peaulogie traite une question peu abordée dans la littérature, une niche conceptuelle : comment penser qu’un excès résulte d’une perte ? Ce questionnement est particulièrement adapté à la peau, cet organe qui enveloppe notre corps. Cette enveloppe peut se déformer, se rétrécir, s’étirer et ne pas revenir à sa dimension initiale. Ce changement peut être volontaire et recherché ou involontaire, il peut être en lien avec l’alimentation, le sport, ou la vieillesse. Comment donc ce surplus de peau induit par une perte est-il vécu par les individus ? Comment la peau qui retrace l’histoire biographique d’un individu devient-elle un marqueur mémoriel de l’avant ? Comment les perceptions genrées influent-elles sur l’acceptation ou l’appréhension de ce surplus de peau ? Comment ce surplus handicape-t-il et stigmatise-t-il au quotidien ?

    Ce numéro de La Peaulogie apporte ainsi des éléments de réponse à ces questions, il interroge les représentations et la physicalité de ce surplus de peau quand celui-ci est dû à une perte qu’elle soit de masse ou pour tout autre raison. Elle se concentre donc sur l’excès par la perte quand celui-ci se situe dans des configurations accidentelles. Les auteurs de ce volume ont choisi majoritairement de travailler cette problématique à l’aune de la perte de masse grasse, qui résulte d’un amaigrissement rapide lié notamment à une chirurgie bariatrique. Les articles dans la rubrique Varia de ce numéro traitent également mais de façon plus lointaine cette question, davantage centrée sur la variation et l’élasticité de la peau.

    Ghislaine GALLENGA, coordinatrice du numéro thématique.

    .