La Peaulogie

Le comité scientifique
null

Bernard Andrieu

Paris, France

Bernard Andrieu développe une réflexion sur les techniques du corps (hybridation, immersion, incorporation, prothèses) dans l’autonomie du sujet dans la santé (Récit de malades, toucher, autosanté), le self-help et  l’agentivité du corps en 1ère personne (Handicap, récit de soi, go-pro) et les médecines du bien-être, la philosophie et l’éthique du sport et définit une écologie corporelle à travers l’immersion dans le corps et des corps dans les éléments. Il développe également une réflexion sur les arts immersifs (Arts du cirque en collaboration avec le CNAC, Dispositifs immersifs, Brain-Interface Machine, Orgasme, Vertige, Osmose dans la nature et dans la technique). Il fonde avec ses doctorant(e)s, le Pr Pétrucia da Nobrega de l’Université de Natal (Brésil) et le post-doctorant de l’Université de Kyoto Haruka Okui une émersiologie pour penser la relation discontinue entre le corps vivant et la conscience du corps vécu..

null

Grégory Beriet

Saint Laurent du Maroni, France

Sa thèse d’histoire publiée en 2009 concerne L’hôpital-école de la marine de Rochefort (1775 – 1850) : architectonique médicale et physiologies sociales. Il est MCU depuis 2011 à l’université de Guyane au sein de l’École Supérieure du Professorat et de l’Education. Depuis, il analyse l’accès aux soins et les discriminations dans les contextes socioscolaires de la Guyane. Dans la recherche-action, il initie les professeurs des écoles à l’analyse des gestuelles professionnelles discriminantes. Il a créé avec Alexandra Vié un groupe de recherche-action intitulé MIGR’EN SOI (Migrer, enseigner, soigner) à Saint-Laurent-du-Maroni. Dernières publications : Le corps du fleuve : mobilités et stratégies sociales sur le Maroni. (2017). Labor & Engenho 11/2.; L’action médicale des officiers de santé rochefortais embarqués dans les territoires américains (fin XVIIIe siècle – milieu XIXe siècle), 2016.

null

Christian Bromberger

Marseille, France

Christian Bromberger est professeur émérite d’anthropologie à l’Université d’Aix-Marseille où il a fondé et dirigé l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative. Il a été membre senior de l’Institut Universitaire de France (chaire d‘ethnologie générale) de 1995 à 2005, professeur invité dans plusieurs universités étrangères et a dirigé de 2006 à 2008 l’Institut français de recherche en Iran. Ses travaux de recherche portent sur l’Iran (en particulier la province du Gilân), sur l’engouement populaire pour les clubs et les matchs de football, sur la gestion sociale et culturelle de la pilosité. Parmi ses principaux ouvrages : Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, M. S. H.; Un autre Iran. Un ethnologue au Gilân, Armand Colin ; Trichologiques. Une anthropologie des cheveux et des poils, Bayard (réédité sous le titre Les sens du poil, Creaphis). Plusieurs articles sur la pilosité dans Annales de dermatologie, Les Dossiers de l’Obstétrique, Ethnologie française, La Grande oreille.

null

Adeline Grand Clément

Toulouse, France

Agrégée d’Histoire, MCF en histoire grecque à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès depuis 2007 et Membre Junior de l’IUF (2016-2021). Elle appartient à l’équipe PLH-ERASME et est associée au laboratoire ANHIMA (UMR 8210). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle du monde grec, l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes, ainsi que la réception de l’Antiquité au XIXe siècle. Actuellement, elle s’intéresse aux différentes registres du sensible et à leur importance dans les pratiques rituelles et l’imaginaire collectif des Grecs anciens. Elle a publié notamment La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (2011), « L’éloquence de l’épiderme dans le monde grec antique », dans M. Pastoureau et F. Jacquesson (éd.), Les couleurs (2013), p. 15-66, et « L’épiderme des statues grecques : quand le marbre se fait chair », Images Re-Vues (2016 ): http://journals.openedition.org/imagesrevues/3932.

null

Camille Gravelier

Nancy, France

Camille Gravelier est médecin de formation. Durant ses études médicales elle suit un double cursus et obtient un master 2 en intervention sociologique et anthropologique à l’université lorraine. Actuellement doctorante en science biologique, ses recherches portent sur la réadaptation des patients grands brûlés de zones visibles dans la vie courante (ou « socialement » visibles). Elle développe une approche multidisciplinaire de la prise en charge du patient ; pour une réflexion sur l’individu et la santé dans sa globalité. Son travail est mené en partenariat avec le laboratoire lorrain de sciences sociales.

null

ARNAUD HALLOY

Nice, France

Depuis son doctorat (2005), ses recherches se concentrent sur la manière dont la religion est apprise, en explorant, dans une perspective ethnographique, l’influence mutuelle entre les dimensions cognitive, sensorielle, émotionnelle et sociale de l’apprentissage religieux. Il développe actuellement une nouvelle recherche en anthropologie de la santé avec des patients souffrant d’une maladie de la peau appelée psoriasis. Il m’intéresse en premier lieu à la connaissance expérientielle de la maladie par les patients. Son objectif est de documenter la manière dont le psoriasis modifie le rapport à soi (corps, esprit, émotions) et aux autres, et comment, en retour, les personnes atteintes de psoriasis développent des logiques de soin et des stratégies d’adaptation de manière à mener la meilleure vie possible malgré les symptômes chroniques.

null

Claire Lahuerta

Metz,France

Claire Lahuerta est professeure d’université en arts plastiques à l’Université Lorraine de Metz et plasticienne. Elle y codirige les Master 2 Arts de l’exposition et scénographies et Recherche Arts et Industries Culturelles. Membre du CREM (EA3476, 2003-), elle est l’auteure notamment de HUMEURS. L’écoulement en art comme herméneutique critique du corps défaillant, 2011. Le sang menstruel dans l’art contemporain. Entre sécrétions féminines et  fureur utérine : histoire d’un héritage, in Représentation et Modernité, (dir. D. Château et C. Leman), 2003. Quand le corps parle, les mots de l’art, in Les usagers évaluateurs ? Leur place dans l’évaluation des bonnes pratiques professionnelles en travail social, (dir. M. Laforcade et V. Meyer), 2008. Ses recherches actuelles portent sur la radicalité artistique post-queer, et sur les pratiques artistiques corporelles et militantes (tatouage queer, scarification, performance shibari).

null

Bertrand Lançon

Limoges, France

Professeur émérite d’Histoire romaine à l’Université de Limoges, Bertrand Lançon se plaît à baguenauder dans divers aspects de l’Empire romain des IVe-VIe siècles : politiques, religieux, culturels, médicaux et trichologiques. Ses livres les plus récents sont une biographie de Théodose (379-395), le premier empereur romain « catholique » (Perrin, 2014), un essai intitulé La fin de l’Empire romain, une histoire sans fin (Perrin, 2017) et un autre Poil et pouvoir. L’autorité au fil du rasoir (Arkhè, 2019). Le premier démontre que si l’Empire romain d’Occident a pris fin à la fin du Ve siècle, son interprétation en « chute » ou en « effondrement » est un tropisme culturel qui surévalue des causes qui sont toutes inopérantes. Le deuxième brosse le paysage pileux du premier millénaire occidental dans son rapport avec l’autorité : plusieurs modèles se sont institués, selon lesquels se détermine la postérité.

null

David Le Breton

Strasbourg, France

David Le Breton est professeur de sociologie à l’université de Strasbourg. Membre de l’Institut Universitaire de France. Membre de l’Institut des Etudes Avancées de l’université de Strasbourg (USIAS). Auteur notamment de : Rire. une anthropologie du rieur (Métailié), Anthropologie du corps et modernité (PUF-Quadrige), Tenir. Douleur chronique et réinvention de soi (Métailié), Expériences de la douleur. Entre destruction et renaissance (Métailié), Anthropologie de la douleur (Métailié), Disparaitre de soi. Une tentation contemporaine (Métailié), La peau et la trace. Sur les blessures de soi (Métailié), Signes d’identité. Tatouage, piercing et autre marque corporelle (Métailié), Le tatouage ou la signature de soi (Casimiro).

null

Annick Le Guérer

Dijon, France

Annick Le Guérer, Docteur de l’Université, anthropologue et philosophe, spécialiste de l’odorat, des odeurs et du parfum., chercheuse associée à LIMSIC, Université de Bourgogne. A publié notamment : les pouvoirs de l’odeur (François Bourin, 1988, Odile Jacob, 1998,  2002,  2014), L’odorat, un sens en devenir, L’Harmattan, 2003, Trois histoires de nez aux origines de la psychanalyse, L’Harmattan, 1999, Le parfum des origines à nos jours (Odile Jacob, 2005), Histoire en parfums (Le Garde Temps, 1999), Sur les routes de l’encens (Le Garde Temps, 2001), Quand le parfum portait remède (Le Garde Temps, 2009), L’osmothèque, si le parfum m’était conté (Le Garde Temps, 2010), 100 000 ans de beauté (en collaboration, Gallimard, 2011).

Commissaire scientifique de plusieurs expositions sur le parfum dont Les pouvoirs de l’odeur, au Compa, à Chartres, Jardins des cloîtres, jardins des princes, quand le parfum portait remède, à Saint Antoine L’abbaye, Le jardin au moyen-âge et à la renaissance, Musée de Beauvoir, L’art du parfum, au Ministère de la Culture Paris.

null

Philippe Liotard

Lyon,France

Philippe Liotard est Maitre de Conférences – Habilité à Diriger des Recherches à l’Université de Lyon (Claude Bernard, Lyon1). Il travaille sur les modifications corporelles dans leurs différentes manifestations et leurs différents processus, depuis les plus insidieux résultant de l’éducation et de la socialisation jusqu’aux modifications intrusives qui touchent à la chair par le scalpel, le poinçon ou l’aiguille, en dehors des espaces légitimes d’intervention sur le corps. Dans le cadre de la revue Quasimodo, il a coordonné le numéro intitulé « Modifications corporelles », portant sur les piercings, les implants, les scarifications et tout ce qui contribue à marquer le corps selon les esthétiques contemporaines. Plus récemment, il a lancé la revue L’INqualifiable qui consacre un numéro à la cicatrice. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de l’anthropologie et de l’épistémologie du corps.

null

Christophe A. Marquette

Lyon,France

Christophe Marquette a reçu le doctorat de spécialité en biochimie (1999) de l’Université Claude Bernard-Lyon 1. Après un stage postdoctoral de deux ans à l’Université Concordia (Canada, Qc), il a intégré le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en 2001.

Il est actuellement directeur de recherche et directeur adjoint à l’Institut de Chimie et Biochimie Moléculaires et Supramoléculaires (ICBMS, UMR5246, CNRS-Université Lyon1) et est responsable d’un groupe traitant de l’interaction biologie/surface autour des thèmes Biopuces, Micro-arrays, et impression 3D. Depuis 1998, il est auteur ou co-auteur de plus de 150 articles (index H : 39), 15 chapitres de livres, 15 brevets et plus de 140 communications.

Il est également le cofondateur des sociétés Nano-H, AXO Science, HealShape et 3Deus Dynamics.

Il est le coordinateur de la plateforme 3d.FAB, spécialisée dans les technologies de fabrication additive pour les Sciences de la Vie (http://fabric-advanced-biology.univ-lyon1.fr/).

null

Pierre Philippe-Meden

Montpellier, France

Pierre Philippe-Meden est maître de conférences en cirque (histoire & esthétique) au Département théâtre et spectacle vivant, de la Faculté des Lettres, arts, philosophie et psychanalyse, de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, chercheur dans l’unité de recherche « Représenter, inventer la réalité du romantisme, à l’aube du XXIe siècle » (RiRRa21, EA4209), secrétaire de la Société d’histoire et anthropologie des arts du cirque (SHA2Cirque) et co-directeur avec Philippe Goudard de la revue scientifique en ligne Circus science (PULM). Docteur en esthétique, sciences et technologies des arts, spécialité : théâtre et danse, il a enseigné l’histoire du sport, de l’éducation physique, de l’hygiène et de la santé, ainsi que l’anthropologie des pratiques corporelles à l’Université d’Artois, l’Université Claude-Bernard Lyon 1 et à l’ILEPS-École des métiers du sport de Cergy dans le cadre des programmes Teilhard de Chardin. Ses recherches actuelles s’inscrivent dans la perspective d’une épistémologie du corps dans le spectacle vivant. Il anime le blogue : https://ethnoscenologie.com.

null

Irène Salas

France

Irène Salas est membre associée au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (UMR 8566 EHESS-CNRS), et Maîtresse de conférences de 2012 à 2020 à la Faculty of Medieval and Modern Languages de l’Université d’Oxford. Elle a rédigé une monographie sur « L’imaginaire de la peau à la Renaissance » (à paraître aux éditions Klincksieck), et consacre ses recherches aux relations entre littérature et savoirs, prêtant une attention particulière à la médecine, aux sciences et aux techniques, ainsi qu’à l’histoire des représentations du corps dans l’Europe de la première Modernité. Ces travaux l’ont conduite à s’intéresser aux frontières de l’humain — qu’elles soient physiques ou ontologiques — et à mettre en regard, dans une perspective anthropologique et philosophique, l’idéal « humaniste » d’hier et le « posthumanisme » de nos sociétés contemporaines.

Accueillie dans diverses institutions en France et à l’étranger, elle a effectué plusieurs séjours de recherche : Visiting Scholar à New York University (2010) ; Research Fellow à Harvard University (2011) ; Lauréate de la bourse d’excellence de la Confédération Suisse, invitée à l’Université de Fribourg (2017) ; résidente à la Fondation des Treilles (2020).

null

Juliette Smeralda

FORT DE FRANCE, FRANCE

Sociologue, diplômée de Paris-VII Jussieu. Chargée de cours et enseignante vacataire en Licences Antilles-Guyane/IUFC (2008-2016). Chargée d’enseignement au CNAM de Martinique et à ADN-Formation (IUT-2, Grenoble). Directrice de l’Association pour l’Insertion par la culture et la Formation depuis 2011 (APICEF). Membre de l’Association Internationale des Chercheurs Francophones en Microfinance (AICFM) d’Orléans, et chercheure associée au CEREGMIA/Laboratoire d’économie d’Orléans, UMR 6121, CNRS. Les problématiques relevant de la sociologie du corps qu’elle explore sont en rapport avec l’éclaircissement de la peau chez les mélanodermes (Inde, Afrique). Ses principales publications portent sur les relations raciales, les discriminations, les traitements socioculturels du corps (esthétique post-esclavagiste dénaturante : défrisage et éclaircissement de la peau), l’immigration (l’exemple des Indo-Antillais).

null

Ivan Ricordel

France

Pharmacien-chimiste, Pr agrégé du Val-de-Grâce successivement chef des laboratoires de biochimie et de la pharmacie des hôpitaux Scrive à Lille puis du Val-de-Grâce de 1973 à 96. Il y est titulaire de la Chaire de chimie toxicologie et expertises et enseigne à l’INSTN et dans divers UFR parisiens. Il dirige de 1997 à 2008 le laboratoire de toxicologie de la Préfecture de Police (INPS). Expert près la Cour d’Appel de Paris de 1998 à 2012 en toxicologie médicolégale. Parmi ses 300 publications, les armes chimiques, les radiopharmaceutiques et l’expertise en police scientifique font l’objet d’ouvrages. Ses centres d’intérêt actuels sont la toxicologie moderne au profit de l’Histoire notamment des affaires non ou mal élucidées du passé (Lafarge, Marie Besnard, mort de Napoléon…) Son récent travail « une thériaque après 200 ans de conservation ! » montre les fabuleuses avancées de l’analyse.

Anciens membres

null

Jean Da Silva

2017-2021

Arts plastiques
Spécialité art contemporain

null

Valérie Rolle

2017-2021

Sociologie du corps et du genre.

null

Meryem Sellami

2017-2021

Socio-anthropologue. Université de Tunis.