Stéphanie CASSILDE Chargée de recherches, Centre d’Etudes en Habitat Durable Charleroi, Belgique Avertissement à l'article en portugais Cet article fut initialement écrit en français pour une audience francophone et potentiellement non-familière avec le Brésil. De ce fait, certaines précisions étaient nécessaires, tandis qu'elles ne l'auraient pas été pour une audience lusophone et/ou familière avec le Brésil. Pour [...]
Read more

Le phénomène de dépigmentation volontaire (DV) de la peau est très répandu dans plusieurs régions du monde, en Afrique, en Europe au Moyen-Orient ainsi que dans les Antilles de la Caraïbe (M’bemba N’doumba, 2004 ; Petit, 2006 ; Bordeleau 2012 ; Nguimbus, 2013). Haïti figure bel et bien dans la liste des pays où des individus utilisent des produits pour éclaircir leur peau. Partant de ces considérations, dans cet article, nous proposons de réfléchir sur le phénomène de la dépigmentation volontaire dans la société haïtienne, tout en cherchant à mettre en évidence quelques motifs qui peuvent pousser un individu à éclaircir la peau. En admettant le rôle des stéréotypes qui caractérisent la beauté idéale promue par l’Occident dans le phénomène de la dépigmentation, on part de l’hypothèse que la société haïtienne se construit sur une représentation qui tend à une (sur)valorisation de celui/celle qui a la peau claire au détriment de celui/celle qui a la peau sombre ou foncée. Cela alimente chez beaucoup d’Haïtien.n.e.s Noirs un sentiment ou une sensation d’inadéquation esthétique qui produit en eux le désir de se rapprocher de la couleur (sur)valorisée et considérée comme symbole de beauté par excellence. Pour appréhender le sujet, nous nous appuyons sur des travaux académiques traitant des thématiques comme : les préjugés de couleurs, la dépigmentation volontaire de la peau, le racisme, la beauté et les critères de classification sociale à partir des caractéristiques corporelles. Notre réflexion se basera sur une analyse documentaire de la propagande publicitaire pour la vente des produits éclaircissants en Haïti, un reportage diffusé dans un programme télévisé, ainsi que des articles de journaux attirant l’attention de la population haïtienne sur la DV.

Read more

La dépigmentation volontaire est une pratique couramment observée chez les noirs africains depuis plus de quatre décennies. En Afrique subsaharienne, cette pratique prédomine largement chez les femmes, quel que soit leur statut socio-professionnel, avec une prévalence comprise entre 25% et 77,3% selon les différentes études. Les produits les plus utilisés lors de cette pratique sont principalement à base d’hydroquinone, de corticoïdes et de dérivés mercuriels. Les motivations sont diverses et restent dominées par la recherche de peau claire comme canon de beauté. La peau claire et les cheveux défrisés constituent le modèle de beauté de la femme occidentale à suivre résolument ; le modèle traditionnel africain n’est pas valorisé. Les utilisatrices de ces produits sont exposées aux pressions publicitaires des médias classiques (radios, télévisions, affiches publicitaires, journaux papiers) ou de proximités (entourage social, pression des pairs). Des complications cutanées surviennent chez 60% à 96% des utilisateurs de produits cosmétiques dépigmentants en Afrique subsaharienne. Ces complications cutanées sont dominées par les troubles pigmentaires et trophiques. Ces complications ne sont pas nécessairement un frein pour l’utilisation de ces produits mais peuvent constituer un levier important de sensibilisation de la population générale

Read more

Chanje koulè po se yon pratik nou jwenn prensipalman nan peyi kite kolonize yo. Kidonk, se yon
pratik moun nan chwazi fè san pèsonn pa fòse li (Petit 2006,6; Bordeleau, 2012,11; Nguimbus,
2013,41). Dapre Bordeleau, moun nwa ki itilize pwodui pou chanje koulè po yo, se pou yo ka vin
sanble ak moun po klè yo.

Read more
Zagocky Euloge GUEHI Anthropologue biologiste, Chargé de recherche au département de sociologie et d’anthropologie, Université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo (Côte d’Ivoire) Jean-Cédric Wendtoin SAWADOGO Master en Anthropologie, Laboratoire interuniversitaire des sciences sociales et des organisations, Université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo Référence électronique Guehi Z.E., Sawadogo JC. W., (2018). « Image corporelle, estime de [...]
Read more
Antoine PETIT APHP Hôpital Saint-Louis Référence électronique Petit A., (2018). « L’addiction à la dépigmentation », [En ligne] La Peaulogie 1, mis en ligne le 01 juillet 2018, URL : http://lapeaulogie.fr/addiction-a-la-depigmentation/ La volonté d’acquérir un teint plus clair, indépendamment de toute anomalie pigmentaire préexistante, conduit certaines personnes de peau foncée à faire usage de procédés dépigmentants. Cette pratique [...]
Read more
Marc LAFRANCE Université Concordia, Canada Geneviève DESCHAMPS traduction   Cet article a été réimprimé avec l’autorisation de la revue scientifique Body and Society (SAGE). Il s’agit d’une version légèrement révisée et traduite de l’article intitulé « Skin Studies: Past, Present and Future », vol. 24, no 1-2, p. 3-32. Référence électronique Lafrance M. (traduit par Deschamps G.), (2018). « Études [...]
Read more

No Brasil, as declarações de cor da pele / raça são coletadas para fins estatísticos desde 1872. As categorias propostas não são definidas, deixando os respondentes livres para escolher o que lhes convém. É por isso que a literatura é unânime quando enfatiza que essas declarações são construções sociais que podem levar, em particular, a um fenômeno lingüístico de embranquecimento (escolher uma categoria mais clara do que a de uma descrição puramente física). No entanto, essas declarações são usadas para compilar estatísticas e interpretar fenômenos de desigualdade e discriminação. O debate sobre a confiabilidade dessas afirmações, a fim de alcançar tais estatísticas, foi capaz de cristalizar-se sobre a oposição entre auto e alter declaraçãoes, sendo a primeira considerada mais propícia à embranquecimento. Mas a alter declaração não tem sido objeto da mesma atenção para analisar o seu funcionamento e verificar que seria menos propenso ao embranquecimento. Prosseguimos com base em entrevistas nas quais a mesma pessoa (a pesquisadora) era descrita pelos entrevistados; e destacamos a dimensão lingüística do embranquecimento no Brasil por meio de dois eixos (a influência das características socioeconômicas e da cordialidade). Enquanto o posicionamento identitário das reivindicações do estigma está mais na direção de um escurecimento.

Read more
Fatima LY Ancienne Interne des Hôpitaux, Dermatologue-Vénérologue Université Cheikh Anta Diop de Dakar Médecin-chef du service de Dermatologie EPS Institut d’Hygiéne Sociale de Dakar Référence électronique Ly F., (2018). « Dépigmentation Cosmétique Volontaire (DCV) : enjeux sanitaires, pratiques, motivations et ébauches de solutions. », [En ligne] La Peaulogie 1, mis en ligne le 01 juillet 2018, URL [...]
Read more

En dermatologie, les progrès technologiques et leur médiatisation suscitent des demandes de plus en plus fréquentes d’effacement des cicatrices (cicatrices post–chirurgicales, cicatrices post-traumatiques, cicatrices d’acné, cicatrices auto-provoquées (excoriations, scarifications, automutilations) … Les attentes sont fortes et les demandes souvent pressantes chez ces patients qui ont une véritable souffrance avec sentiments de honte et culpabilité. Une réponse opératoire immédiate, sans entendre la demande latente derrière la demande d’effacement des cicatrices, risque d’aggraver la souffrance.

Read more